Microsoft a apporté une modification majeure à la politique de prix Azure en ajoutant une option de paiement mensuel pour les instances réservées. Inversant ainsi sa politique de facturation à l’avance.

C’est un changement important car les instances réservées sont le moyen le moins coûteux de bénéficier d’Azure : les acheteurs bénéficiaient de rabais jusqu’à 70% s’ils payaient à l’avance un ou trois ans de services pour les services comme les Serveurs SQL, IaaS et les machines virtuelles Windows et Linux. Les utilisateurs hybride Azure économisaient même d’avantage.

Bien que Microsoft n’ait pas verrouillé ses clients dans l’intégralité de la durée de leur contrat (un rabais au prorata leur était offert s’ils résiliaient plus tôt), il a quand même obligé les clients à payer la totalité de la période en amont. Jusqu’à la semaine dernière, ou Microsoft annonçait que  » Les clients ont maintenant le choix de payer les instances réservées à l’avance ou sur une base mensuelle. L’option de paiement mensuel est disponible sans frais supplémentaires « .

Toutefois, Microsoft a averti que «… si vous êtes sur un marché en dollars autres que le dollar américain, le montant de votre paiement mensuel peut varier en fonction du taux de change du marché du mois ». Ce qui rend la gestion budgétaire un peu plus complexe.

Microsoft n’a pas expliqué pourquoi il a opéré ce changement. Mais il est facile de deviner qu’à l’heure où les clients sont encouragés à adopter des modèles d’abonnement et des modèles de dépenses opérationnelles OPEX, le paiement en amont de trois ans de service sur le modèle CAPEX faisait figure de vieille école. Microsoft devait s’adapter.

Microsoft offre désormais le meilleur des deux mondes : des remises avec de long engagements et des paiements plus faciles à maitriser pour ceux qui souhaitent opter pour le long terme.